Tamazgha
Accueil du site > Lu dans la presse > L’Algérie refuse l’asile politique à la directrice du protocole de Kadhafi et à (...)

L’Algérie refuse l’asile politique à la directrice du protocole de Kadhafi et à Youssef Chakir

Echourouk online, le 2 octobre 2011

lundi 3 octobre 2011, par Tilelli

Les nombreuses tentatives menées ces derniers jours par de célèbres personnalités à convaincre les autorités algériennes à accorder un asile politique en Algérie à la responsable du protocole de Kadhafi, Mabrouka Chérif, mais en vain.

L’Algérie a refusé également une demande d’asile politique formulée par deux responsables du FLN au profit du Libyen Youssef Chakir.

Echorouk a appris de sources informées, que des personnalités très connues au niveau des tribus de Touareg au Sud algérien ont tenté de convaincre les autorités locales à accorder un asile politique à la responsable du protocole de Mouammar Kadhafi, Mabrouka Chérif. Pour se faire, ces personnalités ont pris contact avec des services diplomatiques et sécuritaires à Illizi et à Alger, mais l’ État algérien a carrément décidé de rompre ces contacts.

Mabrouka Chérif, a assuré durant les années précédentes la mission de gestion de l’administration du protocole de Kadhafi, de la coordination du travail de sa garde personnelle constituée de femmes. Elle constituait également le trait d’union entre le colonel Mouammar Kadhafi et les dirigeants de Touareg libyens et de certains États voisins, à savoir l’Algérie, le Mali, la Mauritanie et le Niger.

Les médiateurs pour l’octroi d’asile politique à Mabrouka Chérif ont dit que cette dernière n’est pas poursuivie en justice dans son pays.

« Le refus de l’État algérien d’accorder le titre de refugiée politique à cette ex-responsable du protocole de Kadhafi ne l’empêche pas d’entrer au sol algérien par d’autres moyens », ont ajouté les médiateurs.

La mort de Ibrahim Ag Bahanga due à un accident de circulation n’a guère convaincu les amis du chef rebelle de Touareg maliens. Une source a déclaré à Echorouk que Ibrahim Ag Bahanga aurait certainement été tué par certains de ses proches qui l’ont soupçonné de vouloir détourner certaines armes récupérées en Libye pour assurer la sécurité à Kadhafi pour se rendre au Sud.

Echorouk online

Publié le 02 Oct 2011 | Algérie Youssef Chakir

Lire sur le site de Algérie City

Répondre à cet article



SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0