Tamazgha
Accueil du site > Lu dans la presse > Mali : Les leaders islamistes rejettent l’indépendance de l’AZAWAD

Mali : Les leaders islamistes rejettent l’indépendance de l’AZAWAD

Française Nouvelles, le 17 juin 2012

lundi 18 juin 2012, par Tilelli

Le chef du groupe Ansar Dine islamique dans le nord du Mali a rejeté toute forme d’indépendance de la moitié nord du pays et a promis de poursuivre les plans visant à imposer la charia dans toute la nation ouest-africaine.

Iyad Ag Ghali attitude pourrait approfondir le fossé entre son groupe et les rebelles touaregs séparatistes du Mouvement National pour la Libération de l’Azawad (MNLA) à la fois comme rivalisent pour le contrôle de la région désertique.

“Nous ne demandons pas pour autant :. Simplement l’application de la charia dans les régions nord et sud Nous sommes des Maliens et nous sommes contre la division du Mali,” Ag Ghali a déclaré dans une interview dans la ville occupées par les rebelles du nord de Kidal fin le vendredi.

Ansar Dine et le MNLA saisi les trois régions du nord du Mali, environ les deux tiers du pays, au début du mois Avril après que les forces gouvernementales maliennes ont été laissés sans une commande suite à un coup d’Etat Mars 22.

Alors que le MNLA a déclaré un état indépendant de l’Azawad dans la région occupée, Ansar Dine, qui a également des liens avec l’aile d’Al-Qaïda en Afrique du Nord, a rejeté l’idée, affirmant que son objectif était d’imposer la charia à travers le Mali.

Après des semaines d’occupation conjointe maladroite de Kidal, Gao et Tombouctou, les deux groupes ont annoncé une fusion à la fin mai. Mais l’accord n’a jamais été finalisé en raison de divergences sur l’application de la loi islamique.

Les groupes ont échangé des tirs près de Tombouctou la semaine dernière.

“Ansar Dine veut l’unité de tous les frères et sœurs du Mali autour de l’islam, qui est le fondement de notre vie », a déclaré le 57-year-old qui a une fois servi brièvement comme Consul général du Mali en Arabie Saoudite.

Vêtue d’une robe verte et un turban blanc enroulé autour d’un bouchon correspondant, Ag Ghali a refusé de faire prendre en photo. Il se déplace autour de la ville avec un entourage dans un pick-up blindé, empilée avec des cas d’armes et de munitions à l’arrière du véhicule.

Pouvoirs africains et occidentaux ont mis en garde contre la menace croissante d’un vide du pouvoir au Mali vers les pays voisins et beaucoup disent l’intervention étrangère est nécessaire pour reprendre le contrôle de la zone nord, qui est la taille de la France.

Mais le Conseil de sécurité n’est pas prêt à accepter une demande de l’Union africaine à approuver l’intervention militaire au Mali, les diplomates du conseil ont dit à Reuters.

Ag Ghali a déclaré Ansar Dine envoyés étaient au Burkina Faso, qui a été nommé en tant que médiateur dans la crise au Mali par la CEDEAO du bloc régional, pour défendre leur position.

“Quoi qu’il en soit, rien ne sera comme avant. Toute personne qui n’a pas de mener la lutte sous notre drapeau est notre ennemi et sera combattu. La laïcité est l’incrédulité. Celui qui est pour un État laïque est notre ennemi et combattu par tous les moyens », at-il dit.

Par Matteo - 17 Juin, 2012

Source : Française Nouvelles

- Lire sur MaliJet

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0