Tamazgha
Accueil du site > Lu dans la presse > http://www.elwatan.com/international/l-azawad-dispose-a-negocier-10-06-2012- (...)

http://www.elwatan.com/international/l-azawad-dispose-a-negocier-10-06-2012-174126_112.php

El Watan, le 10 juin 2012

dimanche 10 juin 2012, par Tilelli

Une délégation de la rébellion touareg malienne du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) s’est déclarée hier « disponible » pour des négociations, au cours d’une première rencontre avec le président burkinabé Blaise Compaoré, médiateur ouest-africain pour la crise au Mali.

La délégation conduite par un responsable du MNLA, Ibrahim Ag Mohamed Assaleh, a été reçue durant deux heures au palais présidentiel à Ouagadougou par M. Compaoré, médiateur de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), accompagné de son ministre des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé. A l’issue de la rencontre, M. Assaleh a indiqué à la presse avoir remis au président Compaoré une lettre du secrétaire général du MNLA, Bilal Ag Achérif.

« Dans la lettre, il est dit que nous sommes disponibles, (...) nous acceptons vraiment la médiation de la Cédéao, de la communauté internationale pour une sortie de crise », a-t-il expliqué. Interrogé sur la proclamation de l’indépendance de l’Azawad (région nord) par son mouvement, rejetée partout à l’extérieur, le responsable touareg s’est montré ouvert, avançant que « c’est quand on sera à la table des négociations » que « nous définirons ce qu’est l’indépendance ». Mi-mai, le Burkina avait fait savoir que des consultations, via des émissaires dépêchés dans le Nord malien, avaient démarré avec les groupes armés, dont le MNLA, qui contrôlent depuis fin mars cette région.

Disponibilité du MNLA

Après avoir lancé l’offensive contre l’armée malienne mi-janvier, le MNLA s’est retrouvé ces dernières semaines supplanté sur le terrain par le groupe islamiste Ançar Eddine et son allié djihadiste Al Qaîda au Maghreb islamique (AQMI). Un projet de fusion entre le MNLA, au départ sécessionniste et laïc, et Ançar Eddine, qui prône la charia (loi islamique) dans tout le Mali, a été suspendu récemment en raison de fortes divergences sur la question de l’application de la charia. Le mouvement rebelle touareg apparaît depuis lors divisé entre partisans d’une fusion et ceux, en particulier ses responsables basés en Mauritanie et en France, qui y sont farouchement hostiles. « Le MNLA se démarque carrément de tout autre groupe armé à velléité islamique dans la zone », a affirmé le chef de délégation à Ouagadougou.

« Ce n’est pas de notre vision politique, de notre culture, de nos mœurs, de nos traditions, de prôner une charia ». Un accrochage entre éléments du MNLA et d’Ançar Eddine dans la nuit de jeudi à vendredi près de Kidal, l’une des grandes villes du Nord malien, a rappelé la précarité de la situation. L’Union africaine (UA) s’apprête à saisir l’ONU pour obtenir son appui à une intervention militaire dans le nord du Mali, ont annoncé jeudi à Abidjan des responsables des Nations unies, de l’UA et de la Cédéao. -

Rédaction internationale

- Lire sur le site d’El Watan

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0