Tamazgha
Accueil du site > Lu dans la presse > Libye : l’ONU presse les rebelles de laisser plus de place aux (...)

Libye : l’ONU presse les rebelles de laisser plus de place aux femmes

AFP, le 13 septembre 2011

mardi 13 septembre 2011, par Tilelli

NEW YORK (Nations unies) — Les Nations unies pressent le gouvernement de transition libyen de placer davantage de femmes à des postes clé et de donner plus de poids à l’égalité entre les sexes dans la future constitution du pays, ont indiqué des responsables de l’ONU et des diplomates.

Il n’y a actuellement qu’une femme sur les 13 membres du Conseil national de transition (CNT) qui s’apprête à établir son quartier général à Tripoli, tandis que la chasse pour retrouver l’ancien dirigeant Mouammar Kadhafi se poursuit.

Le conseiller du secrétaire général de l’ONU pour la Libye Ian Martin a expliqué vendredi dernier qu’il avait fait part de l’inquiétude de l’ONU auprès du CNT tandis que plusieurs pays ont exprimé leurs réserves à propos des versions préliminaires de la future nouvelle constitution.

La chef de l’ONU-Femmes, Michelle Bachelet, ex-présidente du Chili, s’est plainte auprès du chef de l’ONU Ban Ki-moon à ce sujet, ont indiqué des diplomates.

L’unique femme membre du CNT est Salwa Fawzi al-Degheli, une universitaire de Benghazi, la capitale des rebelles. Le site internet du CNT précise qu’elle est chargée des affaires juridiques. Il ajoute qu’elle "représente aussi les femmes".

S’exprimant lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur la Libye, Ian Martin avait indiqué qu’il avait soulevé la question de la place des femmes avec le CNT lors d’un séjour à Benghazi la semaine dernière.

"Il n’y a qu’une seule femme au CNT pour le moment et j’espère qu’il y aura d’autres représentantes des femmes lorsqu’il s’étendra", a-t-il dit.

"Nous avons également rencontré un groupe de femmes à Tripoli et je peux vous assurer qu’elles sont déterminées à jouer leur rôle dans la transition. Les Nations unies vont certainement les soutenir dans leurs efforts visant à insister sur la participation des femmes dans le processus politique", a-t-il ajouté.

De nombreux pays étudient de près le traitement des femmes dans la future constitution libyenne, selon l’ambassadeur de Norvège à l’ONU, Morten Wetland.

"Nous avons reçu des extraits préliminaires de la constitution libyenne. Nous reconnaissons le fait qu’ils sont préliminaires et provisoires, mais ils ne respectent pas les changements modernes en vertu desquels plus de la moitié de la population (les femmes) doit participer à la vie politique", a déclaré l’ambassadeur à l’AFP.

"C’est une question qui, nous le pensons, mérite qu’on s’y intéresse et le CNT doit prendre des initiatives", a ajouté M. Wetland.

Le Conseil de sécurité de l’ONU devrait adopter prochainement une résolution sur la Libye qui prévoit l’envoi d’une mission dont le mandat sera notamment de conseiller les Libyens dans la rédaction d’une nouvelle constitution.

Les règles de l’ONU soulignent le besoin d’associer les femmes à la vie politique.

Un diplomate occidental a souligné sous couvert d’anonymat que Mme Bachelet était impliquée dans des efforts discrets en ce sens au siège de l’ONU.

Tim WITCHER (AFP)

Copyright © 2011 AFP.

Lire l’article sur Google

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0