Tamazgha
Accueil du site > Lu dans la presse > Libye : les rebelles hésitent aux portes de Bani Walid

Libye : les rebelles hésitent aux portes de Bani Walid

Le Figaro, le 7 septembre 2011

mercredi 7 septembre 2011, par Tilelli

Le CNT craint que les civils de cette ville fidèle à Kadhafi ne soient utilisés comme boucliers humains. Quant à Mouammar Kadhafi, son porte-parole affirme qu’il est en « bonne santé ».

• Bani Walid : aller de l’avant ou rester sur place

À 170 kilomètres au sud-est de Tripoli, les combattants rebelles s’impatientaient lundi soir aux portes de Bani Walid, ville fidèle au colonel Kadhafi qu’ils encerclent. La veille, les négociations pour une reddition pacifique avaient échoué.

« Nous attendons toujours la décision du Conseil national de transition (CNT). Ils ne veulent plus de sang », a déclaré à la presse le commandant opérationnel sur ce front. « Il y a un débat entre les combattants pour savoir s’il faut aller de l’avant ou rester sur place », a complété un responsable du « ministère » de la Défense. Les nouvelles autorités s’inquiètent en effet que des civils soient utilisés comme « boucliers humains » par les pro-Kadhafi.

Selon le négociateur en chef du CNT pour la reddition de la ville, « les soldats de Kadhafi ont fermé les portes de la ville et ne laissent plus passer les familles. Ca nous inquiète, on ne veut pas tuer de civils dans un assaut ». À Syrte, autre bastion des fidèles de Mouammar Kadhafi désormais cerné par les pro-CNT, les négociations se poursuivent.

• Mouammar Kadhafi est « en excellente santé »

Cité par la chaîne de télévision Arrai basée à Damas, Moussa Ibrahim, porte-parole de l’ancien homme fort libyen, a assuré que Mouammar Kadhafi était « en excellente santé » et qu’il « organise la défense » du pays.

« Nous sommes encore puissants », a-t-il encore affirmé, ajoutant que les fils du dirigeant libyen « assument leur rôle dans la défense et le sacrifice » pour leur pays. Les « tribus dignes » du pays continuent à défendre l’ancien pouvoir, a-t-il assuré.

Moussa Ibrahim se trouverait à Bani Walid, selon des responsables locaux, qui ont également évoqué la présence ces derniers jours dans cette ville de deux autres fils de Mouammar Kadhafi, Saadi et Mouatassim.

 » Kadhafi affirme qu’il ne se rendra pas

• Un important convoi militaire au Niger

Si des pro-Kadhafi résistent dans leurs derniers bastions en Libye, d’autres ont choisi de quitter le pays. Un important convoi de véhicules civils et militaires venant de Libye a ainsi traversé lundi soir Agadez, une ville au nord du Niger, selon une source militaire locale.

« J’ai vu un convoi inhabituel et impressionnant de plusieurs dizaines de véhicules entrer à Agadez en provenance d’Arlit, une cité minière proche de la frontière algérienne, et se diriger vers Niamey par la route », a affirmé cette source, faisant état de « rumeurs insistantes » selon lesquelles Mouammar Kadhafi ou un de ses fils pourrait faire partie du convoi.

Selon une source militaire française, il pourrait s’agir d’une tentative d’exil secrètement négociée de Mouammar Kadhafi vers le Burkina Faso, qui a offert d’accueillir le colonel libyen et sa famille.

• L’Otan « proche du succès »

Après plus de cinq mois d’intervention en Libye, le secrétaire général de l’Alliance atlantique, Anders Fogh Rasmussen, a estimé lundi que l’Otan s’est « considérablement rapprochée » du succès de son intervention qui devrait s’achever « bientôt ». La capture éventuelle du dirigeant libyen en fuite Mouammar Kadhafi « n’est pas un facteur décisif », a-t-il toutefois jugé, car « les personnes, y compris Kadhafi, ne constituent pas des cibles » pour l’Otan

Lire l’article sur le site du Figaro

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0