Tamazgha
Accueil du site > Lu dans la presse > Seif El-Islam : "La médiation de l’Algérie est la bienvenue"

Seif El-Islam : "La médiation de l’Algérie est la bienvenue"

El Watan, le 11 juillet 2011

lundi 11 juillet 2011, par Tilelli

Seif El Islam Kadhafi, le fils du leader Libyen, Mouammar Kadhafi, a déclaré lundi dans un entretien accordé à notre confrère El Khabar que la Libye accepterait de voir l’Algérie jouer un rôle de médiateur entre les rebelles et le régime de Tripoli. "La médiation de l’Algérie est la bienvenue pour le rapprochement entre les frères libyens", a assuré à ce sujet Seif El Islam.

Par ailleurs, selon Seif El Islam, l’Algérie "a toujours joué le rôle d’unificateur". "Je tiens à préciser que les positions des pays arabes sont indignes, l’Algérie figure parmi les quelques pays arabes ayant pris une position complètement différente. Le peuple libyen n’oubliera jamais cela", a-t-il encore indiqué.

D’autre part, le fils du colonnel Kadhafi a fait savoir dans cette interwiev que le gouvernement libyen négocie en ce moment avec la France et non pas avec les rebelles libyens ! " Nous tenons des négociations avec la France et non avec les rebelles. Nous avons reçu par l’intermédiaire d’un envoyé spécial qui a rencontré le président français, un message clair de Paris", explique Seif El Islam.

Selon lui, "le président français a très franchement dit à notre envoyé que c’est nous qui avons créé ce conseil et sans le soutien de la France, l’argent et les armes, il n’existerait pas" ! Seif El Islam va jusqu’à révèler qu’un round de négociations a été tenu récemment avec les représentants des rebelles de Benghazi au Caire en Egypte.

Mais la France serait intervenue pour faire pression sur le Conseil National de Transition (CNT), qui représente la rébellion libyenne, afin de le contraindre à abandonner ces négociations, explique encore Seif El Islam.

"Toutes les négociations doivent donc passer par la France", dénonce ainsi le fils du colonnel Kadhafi qui accuse l’opposition d’oeuvrer pour les intérêts français en Libye. "Les français leur ont dit : nous ne faisons pas cette guerre par bonté ou sans contrepartie. Nous avons des intérêts commerciaux en Libye et le gouvernement de transition devra approuver plusieurs contrats. Ils veulent parler des contrats au sujet des avions rafales ainsi que d’autres contrats de la société Total", précise-t-il.

Seif El Islam a fait savoir enfin que "nous voulons organiser des élections et arriver à un gouvernement d’unité nationale". Pour ce faire, "nous sommes prêt à tenir des élections supervisées par des organisations internationales, et à mettre en place une nouvelle constitution", assure-t-il. "Mais les rebelles refusent", s’indigne-t-il en accusant une nouvelle fois la France de manipuler l’opposition libyenne pour entretenir les troubles et la guerre civile en Libye.

Abderrahmane Semmar

Lire l’article sur le site d’El-Watan

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0